Post Mortem

1999
35 mm, Super 16 mm, Fiction, 92 minutes, Long métrage, Canada, Québec

Générique

Interprètes
Gabriel Arcand
,
Sylvie Moreau
,
Hélène Loiselle
,
Sarah Lecompte-Bergeron
,
Pierre Collin
,
Roger Léger
,
Vittorio Rossi
,
Ghislain Taschereau
,
François Papineau
Direction de la photographie
Jean-Pierre St-Louis
Direction artistique
Colombe Raby
Costumes
Sophie Lefebvre
Son
Marcel Chouinard
,
Louis Collin
Montage
Lorraine Dufour
Musique
Guy Bélanger
,
Steve Hill
Scénario
Louis Bélanger
Réalisation
Louis Bélanger
Production
Lorraine Dufour
Distribution
Alliance Atlantis Vivafilm
,
Film tonic

Linda : son  but est d’amasser rapidement le plus d’argent possible afin de déménager à la campagne avec Charlotte, sa fille âgée de cinq ans. Dans un système pourri, elle fait la preuve que la fin justifie les moyens. Elle agit sans remords, encaissant les chèques de sécurité sociale, séduisant les hommes pour leur voler argent et cartes de crédit, cartes qu’elle revend par la suite à un petit receleur qui tombe sous son charme. Bonne mère le jour, mauvaise fille la nuit, la chance lui sourit jusqu’au moment où elle rencontre un touriste américain. Cette victime de choix se révèle un agresseur qui s’en prend sauvagement à elle.

Ghislain : cet être reclus, qui vit en marge, s’est bâti une vie routinière où sa seule fantaisie est l’écoute de sa collection de disques de blues. À la poursuite d’un coupable, la police arrête brutalement cet homme timide et renfermé. Accusé de viol, Ghislain subit un interrogatoire durant lequel les détectives se relaient toute la nuit. Il refuse de collaborer, mais finit par raconter, en flash-back, qu’il vit seul, ancré dans ses habitudes, qu’il aime la musique et qu’il travaille de nuit à la morgue.

Odieuse félicité : la rencontre entre Linda et Ghislain a lieu dans des circonstances troubles. Il développe pour elle une douce fascination qui, soudainement, bascule dans le désir. Ghislain l’introverti devient volubile, avoue son amour naissant, impuissant à réprimer l’émotion nouvelle qui l’étreint.

 

Meilleure réalisation (Louis Bélanger) - Festival des films du monde
Mention spéciale du jury de la FIPRESCI - Premier long métrage innovateur et prometteur - Festival des films du monde
Artistic Merit Award - Santa Barbara International Film Festival
Best North American Feature - New Independent Voices Award - Santa Barbara International Film Festival
Meilleur Film - Prix Jutra
Meilleure réalisation (Louis Bélanger) - Prix Jutra
Meilleur scénario (Louis Bélanger) - Prix Jutra
Meilleur acteur (Gabriel Arcand) - Prix Jutra
Meilleur montage (Lorraine Dufour) - Prix Jutra
Meilleur long métrage québécois - Association québécoise des critiques de cinéma - AQCC
Prix Claude Jutra (Meilleur premier long métrage canadien) - Prix Genie
Meilleure actrice (Sylvie Moreau) - Prix Genie
Meilleur scénario original (Louis Bélanger) - Prix Genie
Nomination: Meilleur musique originale - Prix Jutra
Nominations: Meilleur Film - Meilleur acteur - Prix Genie
1999 - Festival des films du monde (Montréal, Canada)
1999 - Santa Barbara Interational Film Festival (Californie, États-Unis)
1999 - Hof International Film Festival (Munich, Allemagne)
1999 - Festival international des jeunes réalisateurs (Saint-Jean-de-Luz, France)
1999 - Chicago International Film Festival (États-Unis)
2000 - Cinoche - Festival du film international de Baie-Comeau (Canada)
2000 - Festival du film de Sept-Îles (Canada)
2000 - Festival international du cinéma francophone en Acadie - FICFA (Moncton, Canada)
2000 - Festival international du film de Rotterdam (Pays-Bas)